Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Les charmes de l’alternance

L’une des grandes tendances de ces dernières années se résume en quelques mots: qualité avant quantité. THOMY élabore les sauces destinées aux personnes qui ne veulent pas se contenter de griller que de la viande.

Faites-vous déjà partie des flexitariens? Quèsaco? Le flexitarien, retenez bien ce mot, a réduit sa consommation de viande sans devenir végétarien pour autant. D’où cette question sur un choix qui s’impose progressivement. A un rythme tout-à-fait individuel. Une semaine sans viande, une autre avec. Ou tous les deux-trois jours. Sans calendrier fixe, tout en souplesse. Apparemment Suissesses et Suisses sont de plus en plus nombreux à pratiquer l’alternance. A en croire un sondage mené en 2017 au plan national, 17% des personnes interrogées, donc une sur six, avaient embrassé le flexitarisme. Tendance à la hausse. Un même sondage fait en Allemagne et publié en 2019 a révélé que 20% des hommes et 34% des femmes se déclaraient flexitariens. On y voit que la proportion de femmes et de personnes au-dessous de 35 ans est particulièrement importante. Autre info qui vaut son poids de noisettes: la plupart des adeptes de ce nouveau mode d’alimentation privilégient la qualité au bénéfice de la quantité. Ils se préoccupent d’équilibre alimentaire et de durabilité, peut-être aussi de ce qu’on appelle la pleine conscience. De la viande, oui, mais haut de gamme et pas tous les jours.

Ni carnivores ni herbivores

Derrière cette tendance, on retrouve, coucou, une vérité première parfois légèrement égarée au cœur d’un débat stérile: l’homme est un omnivore. Mais oui. Ni seulement carnivore ni uniquement herbivore, mais un mélange des deux. Il ne se nourrit pas exclusivement de viande, encore moins de graines, de végétaux et de petits fruits. Voilà qui renforce les certitudes des flexitariens. Si par-dessus le marché ils prennent en compte le bilan CO2 de l’élevage animal, qu’ils sont donc persuadés d’œuvrer pour le bien commun, la cause est entendue.

Revenons à notre grill. Les flexitariens vont certainement s’intéresser à notre article sur les «végétariens purs et durs» et y dénicher, par exemple, des conseils sur les grillades de légumes. Dans les magasins ils trouvent aussi maintenant des produits comme les burgers véganes de Garden Gourmet. Ils testent aussi avec intérêt de nouvelles variétés d’aliments, par simple curiosité. Parce qu’ils veulent rester souples et ouverts. Mais aussi parce que les nouvelles alternatives à la viande se multiplient avec, en prime, des saveurs intéressantes.

Ce qui, soit dit en passant, nous met au défi et nous électrise. Car nombre des sauces à grillades traditionnelles sont taillées sur mesure pour la viande. Par exemple, notre Sauce Sweet-&-Sour est destinée à du poulet comme notre filet de poulet à la pancetta.

Nouvelles sauces pour gourmands éclectiques

Voilà pourquoi fin juillet THOMY a lancé trois sauces véganes qui conviennent parfaitement aux flexitariens et aux repas sans viande:

  • La Sauce végane a un peu le même goût qu’une mayonnaise avec une touche de citron. Elle se prête bien à la préparation de sandwichs en tous genres mais aussi aux veggie nuggets ou aux lanières de poulet veggie.
  • La Sauce Hotdog fait penser à une Sauce moutarde au miel grâce à la moutarde douce. Elle accompagne bien le veggie hotdog mais aussi toutes les saucisses véganes.
  • La Sauce Burger est proche de la Sauce Burger classique. Elle reproduit l’onctuosité de la Mayo affinée par la moutarde douce et des tomates fraîches. Elle se marie à merveille avec les burgers, les boulettes et la viande hachée véganes.

Ces sauces ne contiennent aucun produit carné, donc pas de produit lacté ni d’œuf. Pour le bonheur des flexitariens et de tous les autres. On les trouvera dès juillet dans 41 points de vente Coop au rayon frais avec les produits véganes.

RETOUR AU MENU

Astuces