Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Les femmes grillent aussi

L’homme règne sur le gril et la femme épluche les légumes ? Cliché ! L’émancipation ne connaît pas de limites – même face à la pince à barbecue.

« Où est le maître rôtisseur ? » C’est une question que Claudine Nyaguy entend régulièrement durant ses cours de la Weber Grill-Academy. « Quand les participants me voient, ils sont parfois déstabilisés parce qu’ils attendaient un homme. » L’artiste du gril prend les choses avec humour. Par ses compétences, elle convainc même ces grilleurs du dimanche qui croient que les femmes ne comprennent rien au maniement du barbecue. « J’aime retourner la situation, les assaillir de questions jusqu’à ce qu’ils ne sachent plus répondre. »

Invasion du dernier bastion masculin ?

Le préjugé selon lequel les femmes n’auraient rien à faire au gril perdure. On le voit sur les forums et dans les commentaires où, parfois, certains redoutent que les femmes n’envahissent le dernier bastion masculin.

Ce n’est pas toujours dit sérieusement, mais dans toute blague il y a toujours une étincelle de vérité. Claudine Nyaguy montre de la compréhension : « Les hommes affichent souvent leur bonheur de faire des grillades. » Et chez le fabricant de grils Weber-Stephen, la coordinatrice du marketing Aline Kern pense : « C’est sûrement ce rituel du feu, ressenti comme ancestral. » Et elle avoue : « Moi-même, je ne me précipite pas quand il s’agit d’allumer. »

Wraps

Plus d’égalité parmi les jeunes

C’est au sein de la génération plus âgée que la rôtisseuse Claudine Nyaguy constate que la tradition est le plus volontiers respectée, tant par les hommes que par les femmes. Elle est manifestement ancrée et on ne voit pas pourquoi il faudrait en changer. « En revanche, parmi les millennials et les plus jeunes, l’égalité règne. Peu importe, en général, qui s’active au gril. » Une affaire de génération ? « C’est bien possible. »

La rôtisseuse professionnelle estime entre 20 et 30% la part des femmes dans ses cours, même si la plupart arrivent dans le rôle d’accompagnatrices. Et des femmes venues seules ? « Cela reste rare, sauf pour le cours de grillades véganes ! » Peut-être, d’ailleurs, n’est-ce pas tant le barbecue en soi qui retient nombre d’entre elles de brandir la pince mais plutôt la viande que l’on pose dessus : « Certaines femmes hésitent à empoigner de telles pièces sanguinolentes de 5 à 8 centimètres d’épaisseur. » Par bonheur, nous avons aussi des recettes de grillades végétariennes, comme les Veggie Wraps.

Les femmes hésitent également devant des barbecues compliqués, a observé Aline Kern, chez Weber-Stephen. « Les hommes sont plus résolus face à des appareils à plusieurs brûleurs. Les femmes préfèrent des engins plus compacts. Elle se sentent souvent plus à l’aise avec des grils électriques et ont alors moins de scrupule à griller elles-mêmes. » Claudine Nyaguy remarque aussi que les femmes ont un peu peur du gaz ou du charbon de bois. Pour leur part, les hommes continuent d’estimer que le charbon de bois donne un meilleur goût. Mais ce serait un mythe. « Reste que devant leur barbecue au charbon de bois, ils remontent 10 000 ans dans le temps et vivent des sensations archaïques. » On en revient au rituel ancestral. Claudine Nyaguy est contente pour eux. Et continue de régner sur l’art de la grillade.

RETOUR AU MENU

Astuces